Saturday, May 31, 2014

Le questionnaire d'Eric Dubois

Un post sur Facebook: "je veux inaugurer une nouvelle rubrique dans mon blog Les tribulations d'Eric Dubois il s'agit de : Questions à ....." et je réponds car Eric est un vrai partisan de la poésie. Mes réponses sont publiées sur le blog, ici.

Sypay 11 May 2014

It is not a very nice time for me for plenty of reasons. So, receiving via email the new issue of Sipay a literary journal from Seychelles edited by Daouda Traoré, was a beam of light in this grim moment.
Some excerpts from Snow Can Wait, a short collection of poems written in Manchester in 1997, translated into English two years ago, and that will be part of the collection Tamed Dracaenae and Some Orphans were selected to feature in this Indian Ocean journal. I am glad to have these poems published in this international-spanned journal, and to see also such poets and artists in the published people as Fern G.Z. Carr, Sophie Brassart and so many others.

This journal being an imprint only, and without a website, just order a copy from
or Sipay B. P. 4085, Mahé, Seychelles

Tori Amos Trouble's Lament Official Video

Thursday, May 29, 2014

Better Late than Never 2

This also applies to Space & Time Magazine. A poem of mine, dating back from the early dark ages of my writing, that I submitted in 2012, finally appears in their latest issue: Spring 2014, issue 120.
Neuralgia is a collection that has never been published, and shall remain so, as far as I'm concerned, except for the best bits and pieces that were placed here and there, from time to time.
Space & Time Magazine, edited by Hildy Silverman, founded Gordon Linzner, is a paying market, that means I received $5 in payment for this poem. Recently, I was talking with Facebook friend and Feather Lit editor Nikki Magennis about making a living out of poetry. She quoted "'you can't raise a cat on what you make from poetry'. - George Mackay Brown". That shows how special and rare payments are in this crazy indie lit world.
I am thankful to Hildy Silverman for accepting this old poem, full of Baudelairian elements, just like the rest of this collection.

Visit their webpage and find them on Facebook too!

Better Late than Never

I remember sending my first submission to Marie Lecrivain in 2007. Since then, I have had a real and solid commitment to what Marie does with her "Litzine from Los Angeles".

Earlier this year, that is seven years after the translation -- transversion to use a word Peter O'Neill taught me lately -- of Zelda was published, I submitted new poems from the collection in-progress Tamed Dracaenae.

"It Has Come to Light" was published last month -- almost to months ago -- in the April issue of Poetic Diversity.

The list of contributing poets is so impressive, no doubt Poetic Diversity is diverse and shelters some of the greatest voices of contemporary poetry and fiction.
What is left for me to do -- besides buying the latest collection by Marie Lecrivain The Virtual Tablet of Irma Tre -- is to share the link to this brand new poem of mine I forgot to tell you about, once again. After reading this self-indulgent post, buy your copy of Marie's collection here and read an amazing review on Goodreads there.

The poem "It has Come to Light" is here!

Sunday, May 18, 2014

Rewinding to March 2014: Rejected Dreams Anthology

Last year, 2013, December, I was already working on Tamed Dracaenae and Some Orphans, a collection of poems still in progress. Between new and fresh poems, I submitted some of them back then, I also had this weird idea to submit previously published poems that were written in the late 1990s, published in French journal, and that I translated.

EAB Publishing edit and release seasonal and themed anthologies. I submitted some of these translated poems for their Spring issue: Rejected Dreams. One poem was accepted, this poem is published along with its French original version. "The Water Lily and The Orchid" or "Le nénuphar et l'orchidée", in French, is part of a very short collection that has never been published since then: Snow Can Wait (titled after Tori Amos' song "Winter").

I added these few poems -- no more than a dozen -- to my Tamed Dracaenae file for one good reason some of you may already know, or will discover as the poems are published through the year and the next.

The thing is, this anthology was published in March of this year and I did receive the digital copy, filed it in my personal writing folder on my email client, and forgot about it. Until today, when I wondered if this anthology had actually been published or not. I checked on EAB website and noticed the anthology was available indeed .

I was quite puzzled not have had any news from the editorial staff. So, I started writing an email to Tim Benson to query about the aforesaid anthology. Before clicking send, I just had an after-thought and checked my archive folder to eventually find out an email from EAB Publishing with the anthology attached, plus a questionnaire about my work (they sent it along with the e-copy to inquire and share their contributors' background).

This first semester has been so busy with teaching and other duties that I certainly filed this email, only scanning through it and not realizing its importance: any publications is important to me.

So, with a two-month delay, I announce that, again, one of my poems is published in a gorgeous and velly well set anthology which you can buy here.

Wednesday, May 14, 2014

Storm Cycle 2013

Storm Cycle 2013
Last year, excerpts from a forthcoming e-book was published on Pyrokinection, one of the poetry journals edited by AJ Huffman and Apryl Salzano. Each year, these ladies publish an anthology gathering the best of the poems published on their six online journals. I am proud to have one poem in this anthology with so many other great poets. A huge hug and many thanks to AJ and Apryl for their constant support and their hard work.

Storm Cycle 2013: The Best of Kind of a Hurricane Press (480 pages) is a compilation of the editors’ favorite pieces from the six 2013 online journals as well as our seven 2013 print anthologies.  A tireless search for poetic talent proved exceptionally fruitful, and the selection process for this anthology was brutal. After a great deal of reading, re-reading, and discussion, the editors amassed an extremely diverse and eclectic body of work to put forth to represent what Kind of a Hurricane Press is about: publishing the best poetry and flash fiction being crafted today.

This anthology can be purchased from Amazon here

Thursday, May 8, 2014

Mot à maux novembre 2005

Je reproduis ici un article paru sur le blog de la revue Mot à maux animée alors par Daniel Brochard. Elle n'a compté que quatre numéros si mes souvenirs sont exacts. Il m'avait demandé alors de répondre à cette difficile question: A quoi sert une revue de poésie aujourd'hui? Je crois bien que ma réponse ne différerait pas d'une virgule aujourd'hui.

Mauvaise graine

Animateur du site mgversion2.0, Walter Ruhlmann est en quelque sorte un ancien combattant de la revue papier traditionnelle, il continue son travail minutieux au service des auteurs peu connus grâce à Internet. "Voulant d'abord proposer un périodique aux idées «underground» (sic*),  je me range ensuite du côté de ceux qui offrent de la poésie à l'esprit ouvert plutôt que d'essayer de refaire le monde par son biais, en conservant malgré tout quelques idées bien précises sur le monde contemporain et ses gros défauts". C'est ainsi qu'il résume le début d'une aventure qui l'amènera à publier 49 numéros entre juillet 1996 et juillet 2000. J'ai voulu en savoir plus en lui posant la question : "A quoi sert une revue de poésie aujourd'hui ?" Walter Ruhlmann a accepté pour Mot à Maux de résumer sa pensée.

Walter Ruhlmann : "A quoi sert une revue de poésie aujourd'hui ?

La question est difficile. Que dire avec bientôt 10 ans de bons et loyaux services pour les auteurs peu ou pas connus ? J'ai l'impression de toujours remplir la mission que seule ma conscience m'a confiée. Ils ont été des centaines entre les pages dactylographiées, les mises en pages imprimées et photocopiées, les pages html.

Le premier objectif que je m'étais fixé, je pense l'avoir atteint mais il reste toujours aussi primordial. Ecrire est un acte égocentrique. Publier les autres - que ce soit sur papier ou sur Internet - met en valeur l'altruisme. Mais cela reste égocentrique tout de même. Il y a dans la publication des oeuvres d'autrui un moyen de dire: "Regardez! Ma revue a publié un tel et un tel." Qui écoutera? Qui lira ces pages? Les bibliothécaires, peut-être. Les amis qui ne veulent que votre bien et la réussite de votre entreprise. Les auteurs qui iront lire et relire leur texte par excès de narcissisme et ne jetteront qu'un coup d'œil distrait aux autres textes. Et parmi les autres lecteurs, des passionnés, des chercheurs d'or, des honnêtes gens qui aiment simplement lire, curieux de tout, bons lettrés qu'ils sont.

Alors si la publication et la diffusion d'une revue de poésie peut au moins servir à satisfaire ceux-là...

J'ai passé quatre ans à écrire aux différentes revues qui ont existé de 1996 à 2000 pour promouvoir la revue Mauvaise Graine lancée depuis Cirencester en Grande-Bretagne, réimplantée à Caen en 1997. J'ai passé quatre ans à recevoir des textes de tous horizons, à les lire, à les sélectionner, seul ou conjointement avec mes co-équipiers (Morgane et BrunoB). Pendant quatre ans, j'ai mis tout mon cœur à taper ces textes, à imprimer des pages, à les photocopier, à les agrafer, à mettre l'ensemble sous pli, à les peser, à les affranchir pour finalement les expédier à ceux et celles qui s'étaient abonnés à mon canard ou pour les services de presse, trop nombreux, trop coûteux. Publier une revue de poésie prend du temps.

L'abonnement à la revue coûtait alors 100 Francs pour la France. La dernière année, les abonnements à l'année rapportaient 4000 Francs. La fabrication et l'affranchissement me coûtaient 6000 Francs par an. Vous faites vite le calcul... Publier une revue de poésie aujourd'hui ne rapporte pas d'argent. Au contraire, lorsqu'on n'est pas chef d'entreprise dans l'âme, et on ne peut pas l'être avec la poésie, cela vous en coûte.

Mais évidemment, on ne se lance pas dans le revuisme pour ça. L'idée m'est venu d'abord parce que je participais à la revue Press-Stances de feu mon ami Frédéric Maire. Puis j'ai côtoyé d'autres revues (Inédits de Paul van Melle, L'arme de l'écriture co-éditée par Jean-Luc Lamouille, RétroViseur revue collective, Axolotl de Jean Grin, etc.) qui m'ont publié ou pas. Mais j'étais frustré. Je ne trouvais pas celle que je voulais vraiment rencontrer sur mon chemin d'auteur.

C'est après la lecture de Lettres à un jeune revuiste de Pierre Vaast autoédité en 1994, que je me suis enfin lancé dans l'entreprise, épaulé par Frédéric Maire et les premiers contributeurs dont Thierry Piet.

Je ne me suis jamais demandé à quoi cela pouvait servir réellement, si ce n'est que j'avais quelques idées bien arrêtées sur ce que je voulais en faire ou pas. Surtout ce que je ne voulais pas en faire. Je trouvais en effet bon nombre de revues trop souvent aseptisé et sans goût, sans saveur, inodores, incolores et au risque de paraître grossier, totalement à chier.

Et sincèrement, depuis le début comme aujourd'hui sur Internet, mon objectif est le suivant : donner la place à des auteurs qu'on ne lira pas forcément ailleurs à condition que leurs textes me traumatisent. Aller les chercher là où ils sont, par l'intermédiaire de ceux que je connais déjà ou simplement en les contactant. Ce sont pour beaucoup des personnes qui traînent aussi leurs savates sur le net et ont été publiés ici ou là, ou qui ont leur propre site. Ce fut le cas de certains d'entre eux à l'âge du papier. C'est quasiment exclusif aujourd'hui à l'âge numérique.

Si j'étais mauvais, je dirai que publier une revue de poésie aujourd'hui ne sert à rien. Mais ce n'est pas complètement vrai et il faut reconnaître que le travail de tous ceux et toutes celles qui se sont lancés dans cette folie met en valeur un genre dénigré et négligé. Il permet à des centaines d'auteurs d'avoir un réel espace d'expression, de rêver à une reconnaissance. Et ce côté un peu subversif, cette vente sous le manteau, cette aventure hors des sentiers battus de l'édition traditionnelle ajoutent encore un peu de piquant.

Publier une revue de poésie aujourd'hui est un acte de résistance d'utilité publique. Même si le public n'est pas bien dense et pas toujours réellement à l'écoute. Mais ça n'en devient que plus héroïque et courageux."

Sunday, May 4, 2014

Trois poèmes dans Le capital des mots

Le peu de fois où j'écris en français, depuis le temps, j'ai la chance de tomber sur des éditeurs de revues ouverts et qui semblent apprécier ce que j'écris. Aussi, Eric Dubois vient de mettre en ligne sur Le capital des mots trois poèmes récemment écrits et qui feront également partie du recueil Civilisé à paraître l'année prochaine chez mgv2>publishing. Ils sont ici.

Saturday, May 3, 2014

Un premier extrait de Civilisé

La revue Nouveaux délits est tellement sollicitée qu'il a fallu à son éditrice Cathy Garcia ouvrir une section supplémentaire sur le blog de la revue pour y publier les textes des auteurs qui envoient leurs textes mais ne pourraient pas paraître dans les pages de papier recyclé avant des mois, voire des années.
Belle initiative et je remercie Cathy d'avoir publié dans le Soliflore un premier extrait de Civilisé un recueil en progrès dont d'autres extraits ont été proposés ça et là, et dont deux paraîtront cet été dans la revue Traction-Brabant de Patrice Maltaverne.
Ce premier extrait est à lire ici.

Friday, May 2, 2014

Ancient Heart Magazine: Wed the White Ceiling

Ancient Heart Magazine: Wed the White Ceiling: This poem was previously published in April 2012 in Bare Hands and is part of Carmine Carnival a collection of poems published last year by Lazarus Media. I thought I would give it another place because it is one of my favourite.